Les survivants

Ce matin, dans ma pelouse, deux jeunes merles tout juste sortis du nid faisaient leurs premiers sautillements derrière leur père. Ce spectacle est toujours fascinant, d'autant plus lorsqu'on songe aux mille dangers qui menacent ces oiseaux dans les prochaines heures... La probabilité que l'un de ces oisillons si plein d'énergie revienne nicher dans le jardin est vraiment minime. Heureusement, à quelques mètres de là, la merlette est déjà occupée à collecter des matériaux pour une deuxième nichée.

 photo: Bernard Dekimpe

photo: Bernard Dekimpe

C'est un fait qu'on oublie parfois dans l'enthousiasme renouvelé du printemps, mais chaque individu nicheur chez les passereaux est un véritable survivant. Pour une espèce comme le Merle noir, moins de 50% des tentatives de nidification conduisent à l'envol des jeunes. Ensuite, seulement 10 à 20% des jeunes survivent à leur première année. Une fois adulte, leur taux de survie annuel monte quand même à environ 50%...  La productivité (le nombre de jeunes conduits à l'envol par printemps) est vraiment un facteur critique de la démographie du merle, comme de la plupart des passereaux.

Souvenez-vous, l'hiver dernier, l'absence remarquée de certaines espèces dans les jardins, imputées à la reproduction catastrophique du printemps 2016, notamment chez les mésanges. On peut espérer qu'il ne s'agissait que d'un "accident" lié à des conditions climatiques exceptionnellement mauvaises. D'une manière générale, comprendre ce qui fait varier le succès reproducteur et les chances de survie des individus permet d'expliquer les tendances d'une population observées sur le long terme. À ce sujet, si vous lisez la langue de Vondel, nos collègues néerlandais de l'organisation "SOVON Vogelonderzoek" viennent de publier un passionnant rapport sur leurs oiseaux nicheurs. Avec ce rapport et les fiches espèces sur leur site web, on peut en apprendre beaucoup sur la démographie, c'est-à-dire les taux de survie et de productivité, des espèces communes aux Pays-Bas (et donc sans doute un peu chez nous aussi...).

 Cliquez sur l'image pour télécharger le rapport

Cliquez sur l'image pour télécharger le rapport

Ainsi, chez la Mésange bleue, la survie d'une année à l'autre est d'environ 30 à 40% pour les adultes, 10% pour les jeunes: des chiffres inférieurs à ceux de notre Merle. Avec leur nid placé à l'abri dans un nichoir ou une cavité, le taux de succès d'une nichée est par contre habituellement de l'ordre de 80%. Comparativement au Merle et à d'autres espèces à nids "ouverts", la Mésange bleue a donc en principe beaucoup plus de chance de mener à bien une nichée entamée. Une "stratégie" démographique un peu différente donc. Avec cette information, on comprend mieux l'impact d'un printemps pourri comme celui de 2016.

Un autre exemple intéressant est détaillée dans le rapport de la SOVON. Le Pouillot véloce est un migrateur à courte distance (hivernant dans le sud de l'Europe) qui revient relativement tôt dans nos régions: il a donc largement le temps d'entreprendre deux nichées par printemps. Le véloce produit en moyenne 1,5x plus de jeunes que son proche parent, le Pouillot fitis, quant à lui migrateur trans-saharien. Cette différence est en principe compensée par une survie inter-annuelle légèrement supérieure du fitis par rapport au véloce (bon an, mal an, de l'ordre de 40% pour les adultes contre plutôt 30% pour le véloce, mais avec de fortes variations interannuelles). Partir sous des cieux plus cléments permet (en général) au fitis de survivre plus facilement, mais lui donne moins de chance de mener à bien deux nichées. Malgré que ces deux espèces soient très proches, ces stratégies bien différentes peuvent conduire à des évolutions de population divergentes en fonction des changements des conditions environnementales.

Connaître les paramètres démographiques des populations et pouvoir en suivre l'évolution constitue donc une clé importante pour élucider les raisons se cachant derrière les variations observées d'effectifs. Cependant, s'il est relativement "simple" de suivre les populations notamment grâce à des programme comme SOCWAL, déterminer annuellement survie et productivité n'est pas chose aisée ! Des programmes de baguages spécialisés, comme le "Constant Effort Site" ou CES, sont nécessaires, ainsi que des programmes de type "Nest Record Scheme" dont le plus connu est celui mené par les anglais.

Une possibilité plus basique, que chacun peut mener dans son jardin, est d'en consigner les oiseaux nicheurs en utilisant le "module de suivi des nichoirs" d'observations.be. Il permet de localiser des nichoirs, de signaler quand et par qui ils sont occupés et de préciser si la nichée a réussi ou non. Un guide d'encodage est disponible via ce lien.

Bonnes observations printanières !