Passionné par la migration des grues cendrées?

Si la réponse à cette question est oui et que les nouvelles technologies ne vous rebutent pas, ceci est pour vous!

 © Gert Vanderzande

© Gert Vanderzande

Un groupe WhatsApp entièrement dédié à la migration de cette espèce emblématique à travers le couloir ouest-européen a été mis sur pied. Son rôle est de pouvoir se communiquer instantanément depuis le terrain les observations de cette espèce : levés de dortoir, passages migratoires, etc. Un des objectifs est de s'alerter facilement au-delà des frontières nationales des phénomènes migratoires en cours, pour ainsi mieux anticiper et suivre les vagues de migration de l'espèce. D'autres infos, comme des synthèses de dénombrements hivernaux sont aussi partagées sur ce groupe.

Nous accueillons dés à présent des observateurs portugais, espagnols, français, grand-ducaux, belges et hollandais et cherchons à présent à étendre le réseau vers l'Allemagne. Mais il y a encore place pour de nombreux observateurs belges, donc si vous voulez nous rejoindre, bienvenue !

Comment faire ?

C'est très simple ! Envoyez-nous un mail avec votre numéro de portable et nous vous ajouterons à notre groupe "Crane migration network" (un prérequis est d'avoir installer l'appli WhatsApp sur votre téléphone, voir https://whatsapp.com/dl).

Et puis, c'est parti ! Dés que vous observez des grues en migration, un petit message sur le groupe suffit pour prévenir tous les autres participants. Comme c'est un groupe international, les informations transmises devraient contenir les éléments suivants afin que chacun puisse les interpréter correctement :

Pays – Région/Province – Localité/Commune – taille du groupe (estimation) – direction de vol. Éventuellement, la hauteur et la vitesse estimées des vols peuvent être indiquées.

Si vous effectuez un suivi systématique de la migration un jour de gros passage, nous conseillons d’alerter rapidement les membres du réseau du phénomène en cours et de transmettre un total journalier en fin de séance d’observation.

L'encodage de vos données se fera bien sur votre portail préféré (Observations.be pour les plus distraits) en précisant bien le comportement observé (p.ex. "passant en vol SW" pour les grues en migration, "en halte" pour les grues posées, etc.). Ceci est très important pour la validation et l'interprétation ultérieure de vos données.

Sachez aussi que la Belgique vient de rejoindre le Groupe de Travail Européen sur les Grues (Working Group on European Cranes) et enverra pour la première fois un représentant au congrès européen sur les grues, dont la 9e édition se tiendra début décembre en France, à proximité de la réserve nationale d'Arjuzanx. Grâce à toutes les observations de cette espèce que vous avez encodées ou envoyées à la COA jusqu'à présent, nous pourrons présenter un point sur l'évolution des passages migratoires de l'espèce en Belgique et sur l'intérêt des plateaux tourbeux restaurés comme sites de halte migratoire. Un compte-rendu des communications les plus intéressantes de ce colloque vous sera proposé.

Belle migration automnale à tous et à bientôt sur notre groupe WhatsApp !


 © Dominique Duyck

© Dominique Duyck

Le Groupe de Travail Européen sur le Grues (ECWG - European Crane Working Group) coordonne les activités de ceux qui étudient et protègent les grues cendrées à travers l'Europe. Les premiers groupes de travail nationaux ont vu le jour dans les années 1990 en Finlande, Suède, Allemagne, France, Portugal et Espagne. Depuis 1991, le travail du ECWG est piloté par Kranichschutz Deutschland et son président actuel est Alain Salvi. Tous les trois à quatre ans, le Groupe de Travail Européen se réuni lors d'un congrès international sur les grues. Le prochain aura lieu à Arjuzanx (France) en décembre 2018.

Toutes les infos sur ce lien.