bioacoustique

Lecture planante pour l'été: le numéro 56/1 de la revue AVES est paru (éditorial)

56_1.jpg

Les enquêtes de terrain, qui rassemblent les forces vives naturalistes autour d’un projet commun (comme le recensement d’une ou plusieurs espèces), sont au cœur de « l’ornithologie citoyenne » telle que l’applique notre association depuis sa création. Ce numéro 56/1 d’Aves s’ouvre avec la synthèse attendue des résultats de l’une de ces grandes enquêtes, qui concernait l’évaluation des populations nicheuses du Milan royal et du Milan noir en Wallonie en 2015 et 2016. Il s’agissait d’un véritable challenge, étant donné l’importante surface à couvrir (pratiquement toute la Haute Belgique) et la difficulté à localiser les territoires de ces deux espèces. Nous avons pu compter sur plusieurs dizaines d’observateurs qui n’ont pas ménagé leurs efforts, complétés par un appui professionnel. L’enquête a aussi bénéficié de l’expertise de plusieurs ornithologues amateurs qui mènent des recherches détaillées sur la démographie du Milan royal dans l’importante zone noyau d’Ardenne orientale.

C’est aussi grâce à l’un de ces suivis de longue haleine, basé sur la collecte systématique de pelotes de réjection et de restes de proies autour des nids depuis près de 20 ans, et à une collaboration avec deux universités et divers experts, que le régime alimentaire du Milan royal a pu être analysé. C’est l’objet du deuxième article de ce numéro, grâce auquel vous pourrez mieux comprendre les tenants et aboutissants du lien fort entre le statut favorable du Milan royal et une certaine forme d’agriculture. En pleine crise existentielle, l’élevage bovin de dimension familiale a modelé depuis des décennies les paysages d’une grande partie de la Wallonie. La manière dont il va évoluer détermine le futur d’une partie de notre avifaune.

Ces deux articles démontrent l’importance de dépasser la simple description du statut des populations. Une meilleure compréhension de l’écologie des espèces est nécessaire pour pouvoir développer des politiques de conservation adéquates. Saviez-vous que le Milan royal est en fait la seule espèce d’oiseaux nicheurs pour laquelle la Belgique abrite plus de 1 % de la population mondiale ? Nous avons donc une responsabilité particulière dans la compréhension des facteurs qui définissent la bonne santé locale de leur population : c’est la raison pour laquelle nous faisons appel à votre générosité pour poursuivre nos analyses à partir des données détaillées récoltées sur des individus équipés de balises GPS (pour contribuer, cliquez ici).

Enfin, cette fois encore, nous avons la chance d’avoir reçu de nos collègues suisses une magnifique étude combinant baguage scientifique, bioacoustique et photographie nature, pour suivre la population de l’une de nos espèces les plus mystérieuses, la Bécasse des bois. Les photos de l’espèce publiées dans ce numéro, en plus d’être magnifiques, ont une valeur scientifique remarquable : ne les manquez pas.

Avec tout le comité de la revue, nous vous souhaitons une excellente lecture… et de belles observations sur le terrain cet été !

Lien vers toutes les tables des matières et 50 ans d’articles en libre accès: cliquer ici.

Pourquoi ne pas publier votre recherche en ornithologie dans la Revue Aves ? Consultez les instructions aux auteurs et contactez-nous.